LUNDI 26 SEPTEMBRE 2022

La BCE maintient les options en ligne dans un contexte d'incertitude élevée et d'inflation galopante

Jeudi 14 avril 2022 à 19h01

La présidente de la BCE a confirmé jeudi que les achats d'actifs prendraient fin au troisième trimestre, mais a évité de dire exactement quand la banque augmenterait les taux d'intérêt

La BCE maintient les options en ligne dans un contexte d'incertitude élevée et d'inflation galopante

Crédit Image : dw.com

La présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde a confirmé jeudi que les achats d'actifs prendraient fin au troisième trimestre, mais a évité de dire exactement quand la banque augmenterait les taux d'intérêt, les perspectives économiques restant assombries par la forte incertitude liée à la guerre en Ukraine et à l'inflation galopante.

Plus tôt jeudi, la BCE a confirmé qu'elle mettrait fin aux achats nets d'actifs dans le cadre de notre programme d'achat d'actifs (APP) au troisième trimestre, mais n'a pas donné de date exacte, citant des données entrantes depuis la session politique de mars. « Pour l'avenir, notre politique monétaire dépendra des données entrantes et de notre évaluation évolutive des perspectives », a déclaré Mme Lagarde dans sa déclaration liminaire à la conférence de presse post-décision, qui était cette fois une séance virtuelle en direct depuis son domicile alors qu'elle se remet d'une infection à Covid-19. « Dans les conditions actuelles de grande incertitude, nous maintiendrons l'optionnalité, le gradualisme et la flexibilité dans la conduite de la politique monétaire. »

Le chef de la BCE a noté que plusieurs facteurs signalent une croissance lente au cours de la période à venir et que les risques à la baisse pesant sur les perspectives de croissance dans la zone euro ont considérablement augmenté en raison de la guerre en Ukraine.

Les prix de l'énergie devraient rester élevés à court terme. Les prix des denrées alimentaires devraient également continuer à augmenter en raison des coûts de transport et de production élevés, en particulier le prix des engrais, et tout cela est en partie lié à la guerre en Ukraine.

L'inflation de la zone euro a explosé en mars pour atteindre un nouveau record de 7,5 pour cent, l'invasion de l'Ukraine par la Russie ayant fait grimper les prix de l'énergie. L'inflation sous-jacente, qui exclut les prix de l'énergie, des aliments, de l'alcool et du tabac, s'est accélérée à 3,0 pour cent.

Lagarde a déclaré qu'il était incertain de la persistance de la hausse de ces indicateurs d'inflation, compte tenu du rôle des facteurs temporaires liés à la pandémie et des effets indirects de la hausse des prix de l'énergie.

Les risques à la hausse entourant les perspectives d'inflation se sont également intensifiés, en particulier à court terme, a déclaré Lagarde. Cela dit, si la demande devait s'affaiblir à moyen terme, cela ferait baisser la pression sur les prix, a-t-elle ajouté. « Nous sommes très attentifs aux incertitudes actuelles et surveillons de près les données entrantes par rapport à leurs implications pour les perspectives d'inflation à moyen terme », a déclaré Lagarde.

Les économistes sont d'avis que la zone euro entre dans une période de stagflation, c'est-à-dire une période de ralentissement de la croissance et de hausse de l'inflation. Faisant état de pressions inflationnistes croissantes, Capital Economics s'attend à ce que la BCE relève le taux des dépôts plus tôt, plus rapidement et plus loin que prévu par le consensus.

« Bien que le ton légèrement conciliant des communications d'aujourd'hui suggère qu'une première hausse des taux en juillet est un peu moins probable que nous ne le pensions, nous pensons qu'un décollage en juillet est toujours plausible », a déclaré Andrew Kenningham, économiste en chef pour l'Europe au sein du cabinet d'études. Capital Economics continue de penser que la BCE procédera à trois hausses de taux de 25 points de base cette année, afin de ramener le taux des dépôts en territoire positif, puis cinq autres l'an prochain. L'économiste d'ING Carsten Brzeski a déclaré que la BCE essaie généralement de lier ses décisions aux projections macroéconomiques de son personnel et que la prochaine série est prévue pour juin. « Nous nous attendons à ce que la BCE arrête ses achats nets d'actifs en juillet et commence à augmenter ses taux d'intérêt en septembre », a déclaré Brzeski.

 

Mots-clés : Christine Lagarde , BCE, Inflation, Ukraine

Catégories populaires
3
13
7
0
Abonnez-vous à notre newsletter

Nous détestons également le spam